Combattre, refouler, fuir

profile picture

Combattre, refouler, fuir

Notre condition d’être vivant pourrait se définir par un simple concept : le libre arbitre. Si la plupart des philosophes sont d'accord sur ce principe fondamental, peu se concentrent sur les conséquences d'une telle fatalité: La rencontre incessante d'obstacles.

Surtout présents chez l'humain, les obstacles existent sous de nombreuses formes, et nous avons tendance à les exagérer énormément. La complexité de notre société reflète d'ailleurs bien à quel point nous pouvons être capricieux. Et au plus complexe nous devenons, plus les obstacles nous paraissent grands.

Bien que souvent paresseux et soupirant, l'homme n'a d'autres choix que d'affronter ces événements. Certains obstacles sont bien réels et nous empêchent de vivre sereinement.

Il y a donc plusieurs manières de "gérer" les problèmes que nous rencontrons, et chaque homme ou femme, selon sa personnalité, préfère une de ces trois méthodes:

Combattre

Le première façon de franchir un obstacle serait de le combattre, c'est à dire en affrontant le problème pour tenter de le résoudre. Cette méthode violente coûte énormément en énergie et peut s'avérer néfaste pour l'entourage.

Prendre sur soi

C'est un peu la "méthode Jésus". Si on vous attaque, tendez l'autre joue. C'est personnellement une méthode que j'utilise souvent et qui colle bien à ma personnalité.

La plupart des gens fonctionnant comme cela finisse par exploser et tout refouler sur quelqu'un ou quelque chose.

Fuir

Il s'agit ici de fuir le problème, l'oublier, ne pas y penser. Il y a trois types de fuite:

La fuite chimique: Alcool, drogue, tous les moyens sont bons pour passer dans un étant second et endommager son cerveau pour l’empêcher de penser.

La fuite géographique: Partir loin, déménager, changer de travail, d'amant, cela aide à faire voyager les problèmes, et ne pas les garder près de soi.

La fuite artistique: Je rapproche cette fuite de la méthode du refoulement, car elle consiste à déverser tout son être dans la réalisation d'une œuvre. C'est également une méthode que j'utilise personnellement, au travers de l'écriture. Cela me permet de ne pas refouler mes émotions sur quelqu'un. A la place, j'écris, et ça m'aide.

J'avoue que cela fait longtemps que je n'avais pas eu recours à cette méthode pour gérer mes émotions, mais dernièrement c'est devenu une nécessité, et je me suis donc remis à écrire. Ça fait beaucoup de bien ! Source : L'empire des Anges - Bernard Werber

Aucune de ces méthodes n'est plus saine que l'autre, c'est juste que chaque individu, forgé par son passé, va préférer une méthode à une autre, dans le but de se sentir mieux.

Notez que certains problèmes ne peuvent tout simplement pas être résolus. Dans ces cas là, l'obstacle est votre propre moral. Et le but est de trouver un moyen de tourner la page.

L’être naïf et spirituel que j'étais il y a quelques années au travers de mes articles et de mon écriture constante a été détruit par la réalité de la vie, le travail, l'argent, la voiture, le loyer, etc. Pendant deux ans j'ai été à la tête d'une équipe, dans ma propre entreprise. La question de l'argent était ma principale priorité et cet ultra-matérialisme s'ancra à ma personnalité.

Il y a quelques temps, alors que j'étais en pleine réflexion sur mon être, sur ma façon de penser et de vivre, j'ai brusquement réalisé cette situation, qui m'a terrifié. Il m'a fallu une bonne période de remise en question pour m'en rendre compte et changer totalement d'objectifs personnels.

Au final, cette étape me réjouis autant qu'elle m'effraie. Je me sens mieux car j'ai l'impression d'avoir retrouvé ma voie, mais est-ce qu'un jour me poserais-je à nouveau tels questionnements, capables de modifier ma façon d’appréhender la vie?

Est-ce seulement possible de vivre sereinement et paisiblement dans cette société aux personnalités complexes, où toutes nos interactions doivent être décodées, réfléchies?

Je m'y efforce.

2019 My Dynamic Production SPRL All rights Reserved.