Cinéma : La Princesse de Montpensier

profile picture

Cinéma : La Princesse de Montpensier

Cet après-midi, c'est la course aux articles en retard! Je continue donc ma lancée en essayant tant bien que mal de vous pondre quelques critiques sympas sans perdre trop de temps ! Ce nouveau film de Bertrand Tavernier (Dans la brume électrique), aussi lent et ennuyant qu'un escargot grimpant au sommet de l'Everest, m'a juste donné envie de sortir de la salle en courant.

Si vous aimez particulièrement l'histoire de la France, les histoires d'amour comme on trouve dans de nombreux livres européens, vous aurez peut-être la chance d'apprécier le film si vous ne faites pas trop attention à la prestation des acteurs. Pour les autres (moi, entre autres), "La Princesse de Montpensier" ne va rien faire pour que vous accrochiez un minimum.

Dénué de rythme, le film tire en longueur de la façon la plus atroce du monde. Les acteurs, exceptés Gaspard Ulliel et Raphaël Personnaz qui sont bien dans la peau de leurs personnages, sont soporifiques et faux. Mélanie Thierry (L'Autre Dumas) est carrément énervante et, telles que Lambert Wilson et Grégoire Leprince-Ringuet (L'Autre monde), récite ses répliques par coeur. C'est trop flagrant, donc trop faux, et alors trop ennuyant.

De même, si Tavernier avait voulu jouer aux reconstitutions avec son film d'époque, c'est encore bien raté. Mais comme ce n'est pas le cas, soit. "Le personnage de Marie m'a touché, j'ai voulu en faire un film" : voilà son intention.

Eh bien, c'est de toute façon raté puisque ce personnage interprété par Mélanie Thierry est simplement agaçant.

À s'en fracasser la tête contre un mur.

Myd

2020 My Dynamic Production SPRL All rights Reserved.